L'actualité immobilière de l'agence Axe 24
4 Mai

Les Français vont-ils continuer à s’intéresser aux annonces immobilières à Périgueux ?

Vous aimeriez bien mettre en vente votre bien et publier l’annonce immobilière à Périgueux ? Mais vous vous interrogez ? C’est bien normal ! Alors que le marché immobilier est à l’arrêt et que les agences sont fermées, comment les choses vont se dérouler à la fin du confinement ? Les acquéreurs potentiels seront-ils encore présents ? Et poursuivront-ils leurs recherches avec les annonces immobilières de Périgueux ? Pour réponse, voici les résultats d’une étude menée par la société de courtage en crédit immobilier et en assurance emprunteur Artémis courtage avec OpinionWay.

Depuis le début du confinement, 8% des Français ont ainsi recherché un bien pour en faire leur résidence principale, 7% se sont renseignés sur leur capacité d’emprunt et 5% ont même recherché des informations sur des courtiers en crédit immobilier et assurance emprunteur, signe d’un projet avancé.

Malheureusement, conséquence de la crise en cours, les Français sont très nombreux à anticiper des effets très négatifs sur leurs projets d’achats immobiliers. Beaucoup imaginent qu’obtenir un prêt immobilier sera désormais plus difficile qu’avant. 81% des interviewés redoutent que les banques deviennent plus exigeantes pour accorder un crédit (28% « tout à fait d’accord »), 77% craignent des délais d’obtention de prêt allongés (20% « tout à fait d’accord ») et 74% anticipent une hausse des taux (22% « tout à fait d’accord »).

Les Français s’inquiètent d’une hausse des prix
Ces difficultés envisagées pour obtenir un prêt se combinent pour beaucoup avec une crainte que les prix de l’immobilier demeurent élevés à Paris comme en province. 42% seulement des Français anticipent une baisse des prix de la pierre en province (avec seulement 8% de « tout à fait d’accord ») et 40% une baisse des prix de l’immobilier en agglomération parisienne (7% de « tout à fait d’accord »). Les 25-34 ans sont plus nombreux à penser que les prix vont baisser en province (52%) mais aussi en agglomération parisienne (47%).

C.V. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée